Faits divers : Des astuces moins connues pour économiser de l'argent sur la consommation de carburant

Le désir des chauffeurs à Nemours et à toute autre commune d'économiser sur la consommation de carburant est quelque chose d'immortel. Même avec le coût d'un litre d'essence minimum, les gens ont appelé à toutes les astuces qui permettent à réduire le coût du carburant. Aujourd'hui, comme nous le savons, l'essence coûte cher, et l'intérêt pour le sujet est donc bien vivant.

Les fils et bougies haute tension
Avec des bougies, tout est clair. L'énergie de la décharge d'étincelle donne une impulsion au front de flamme dont la vitesse de propagation affecte directement l'économie, la puissance, l'écologie, etc. La vitesse de propagation de la flamme dépend de la température au carré, et la température dans la phase initiale, lorsque la flamme est encore "assise" dans l'espace interélectrode - de l'énergie de décharge. Cette dépendance est particulièrement perceptible lorsque l'allumage est difficile - à basse tension dans le circuit d'allumage primaire, en régime de ralenti minimum et en modes de faible charge, lorsqu'il reste beaucoup de gaz résiduels dans la chambre. Les tests ont montré qu'une paire bien adaptée de bougie et de fil peut améliorer l'efficacité du moteur de 2 à 3%.
Les bougies en iridium et en platine vivent trois à quatre fois plus longtemps que d'habitude. Dans ce cas, les matériaux réfractaires des électrodes permettent de réduire drastiquement leur taille en augmentant l'intensité du champ électrique dans l'espace interélectrode. Cela augmente le contrôle et la stabilité de la décharge et permet un plus grand éclateur. Dans le même temps, une décharge plus puissante améliore le nettoyage des électrodes et de l'isolant - par conséquent, la bougie fonctionne mieux dans des conditions sales. Beaucoup dépend également de l'écart entre les bougies. Plus l'écart est grand, plus l'étincelle est grande, et donc la taille de la source d'allumage initiale. Et la vitesse de propagation du front de flamme dépend fortement de la taille géométrique de la zone d'allumage initiale. Mais à mesure que l'écart augmente, sa résistance augmente également.
Les fils. Les propriétaires de vieilles voitures à Nemours doivent savoir que de bons fils amènent régulièrement des arguments en soutien de la théorie de l’économie carburant. La qualité et l'étanchéité de la pointe de contact, l'étanchéité du capuchon, la valeur de la résistance répartie et la longueur du fil jouent un rôle important dans le contrôle de consommation du carburant. La dernière circonstance est particulièrement intéressante. Presque tous les fabricants de fils à Nemours proposent des produits de consommation de différentes longueurs pour faciliter l'installation. Cependant, dans ce cas, les décharges d'étincelles doivent couvrir des distances différentes, et par conséquent l'uniformité du fonctionnement des bougies est perturbée. Si les fils ont une résistance nulle, alors, bien sûr, il n'y aurait pas de différence, mais, selon les normes ISO, il faudrait entrer dans les tolérances d'interférence radio. Par conséquent, la résistance est présente à la fois dans les bougies d'allumage et dans les fils, et la résistance totale de la paire n'est pas surveillée.

Les filtres
C’est l'état de filtre qui affecte le débit, et pas son type.
La consommation de carburant change-t-elle en fonction du type d'huile ou de filtre à air ? Oui, cela peut changer, mais pas de manière très significative. La résistance du filtre à air est particulièrement importante. Plus il est gros, pire est le remplissage des cylindres, ce qui affecte immédiatement le controle de la consommation de carburant. Et selon le fabricant des filtres à air, leur résistance peut changer presque deux à trois fois.
Les filtres à huile affectent également la consommation, mais relativement peu. Et ici, la taille du filtre influence dans une certaine mesure. Après tout, il agit comme un petit refroidisseur d'huile pour le moteur, qui peut contenir jusqu'à 10 à 20% du volume total d'huile.
Selon les tests techniques, l'installation d'un filtre “résistant” peut améliorer l'économie de la machine de quelques pour cent.

Les pneus
Les pneus qui permettent réellement l'économie du carburant coûtent assez cher à nemours et partout dans la France. Un certain nombre de grands constructeurs automobiles installent des pneus écoénergétiques sur leurs véhicules quittant la chaîne de montage. Ce sont des pneus qui ont une résistance au roulement plus faible, ce qui se traduit par des économies de carburant généralement inférieures à 5%. La ressource de ces pneus est approximativement égale à la ressource de pneus ordinaires. Le principal inconvénient des pneus écoénergétiques est leur coût, qui est supérieur à celui du caoutchouc conventionnel. Parmi les méthodes les plus simples, vous pouvez suivre les instructions techniques concernant la pression des pneus standard lors de la conduite à grande vitesse. En augmentant la pression de 0,2 bar avant le long trajet, on fournit une consommation de carburant légèrement inférieure. Et on conseille à tous les automobilistes de contrôler simplement la pression des pneus. Une efficacité réduite aggrave la maniabilité et la résistance du flanc du pneu aux pannes sur les nids de poule des certaines routes. Et des pneus trop gonflés rendent la voiture trop rigide.

Le convertisseur catalytique standard
Malheureusement, les propriétaires de voitures très usées, dans certaines pays, décident simplement de la question des économies : ils éliminent le neutralisant et donc deviennent des “criminels” qui sallent l'atmosphère.

Les aimants
Les “économiseurs de carburant” les plus remarquables connus. Des représentants immortels de l'armée de l'arnaque. Cela n'a aucun sens, mais, en règle générale, il n'y a pas non plus de mal.

Et si vous appliquez tout en même temps ?
Un casse-tête est connu : quelqu'un a entendu parler d'inventions qui économisent respectivement 10, 30 et 60% de carburant, puis a décidé de tout rassembler et d'économiser 100%. Qu'est-ce qu'il a fait ?
Un test technique simple a été effectué par un magazin de voitures sport : d'abord, lors d’un experiment - contrôle technique spéciale ils ont fait fonctionner le moteur en configuration standard avec de l'essence ordinaire, puis ont lentement commencé à changer des éléments dont on a parlé avant. Ils ont commencé par filtrer l'essence, puis ont changé les bougies en iridium, puis ont changé le filtre à air, et ont rempli d'huile fraîche. Et à chaque fois on a analysé la différence dans le comportement du moteur.
Il y avait une différence solide. Les meilleurs composants au moment des essais techniques, installés sur un moteur conventionnel, ont donné un effet total sur la consommation de carburant d'environ 9%. Il est curieux le fait que la simple somme des effets enregistrés à partir de chaque produit peut être plus élevée. Quand même, une simple addition d'effets n'est pas possible - il y a toujours une influence mutuelle des processus dans le moteur. Pourquoi toute cette économie améliorée n'est-elle pas utilisée sur un tapis roulant ? À cause de l'argent, bien sûr.